st_sauveur.gif
Rue de la Tour
Maurepas Village, 78310

(VIIIème - XVème siècles)

Origine de l'église de Maurepas-village : une modeste chapelle seigneuriale

Au Vlllème siècle, le seigneur de Malrepas (Maurepas) s'installe sur une "motte féodale" (élévation de terre artificielle servant d'assise au premier château fort en bois). Au XIème siècle , le château de bois est remplacé par une construction de pierre : une tour de 20 m, soit le double de sa hauteur actuelle plan st sauveur.Autour d'elle, en contrebas, un ensemble de petits bâtiments dont la chapelle, indépendante des autres constructions. Cette chapelle constitue le chœur roman de l'église actuelle où se trouve l'autel.
Elle est construite en pierres calcaires meulières jointoyées à chaux et à sable, à l'identique du donjon cylindrique.

Le tout était alors entouré d'une palissade et d'un pont-levis. L'arc devant l'église actuelle marque sans doute la sortie principale de la palissade et  l'emplacement du pont-levis.

La chapelle est placée sous le patronage de "Saint-Sauveur". Elle sera complétée ultérieurement par une nef de trois travées. Celle-ci, effondrée, est refaite au début du XVIème, plus cintrée et surbaissée.. Le sol est garni de carreaux de terre cuite .La sortie du fond de l'église est déplacée vers le côté, protégée par un porche, lieu de réunion de la communauté villageoise sous la protection de "Nostre-Dame" et "Sainct-Saulveur".

En effet, dès le XIIIème siècle, les curés de la paroisse font état d'un double patronage : "Nostre-Dame" et "Sainct-Saulveur"

La marque des seigneurs de la paroisse.
Au XVIème siècle, un seigneur de Maurepas fait don à l'église de fonts baptismaux en pierres calcaires peintes pour simuler le cuivre. Un autel latéral est ajouté, actuelle chapelle du Saint Sacrement.

Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, commande en 1659 deux cloches de belle taille dont l'une, Marie, du nom de sa marraine, demeure encore aujourd'hui dans le clocher. Llire  l'histoire de ces cloches et en admirer les images ici >> )

La rupture : de la naissance de la commune à la fermeture de l'église (1789-1795) 
Pendant la période révolutionnaire, l'église sert de lieu d'information puis d'élection. 
Le curé de la paroisse, Daudrieu, devient le premier maire,
Le 1er septembre 1793, l'une des deux cloches est descendue et fondue pour fabriquer des canons, "la Patrie étant déclarée en danger". Puis l'église est fermée au culte jusqu'en 1795.

La mutation : de la petite église paroissiale à un lieu de culte en ville nouvelle (XIXème XXème siècles)
Les documents rédigés après la révolution française ne font plus état du double patronage en vigueur sous l'ancien régime, la paroisse n'étant plus, désormais, que sous la protection de "Saint-Sauveur". La vie liturgique se poursuit avec quelques pratiquants.

Mais, la mise en place progressive de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, en 1969, rejaillit très vite sur Saint-Sauveur. 
L'église n'étant plus aux normes de sécurité, la nécessité d'une restauration s'impose (1973- 1975). Solange Lecaron, artiste-peintre résidant alors au village, décide de dessiner plusieurs maquettes des vitraux situés clans l'église : une Annonciation, une Vierge à l'enfant (en haut) et un baptême du Christ (en bas dans le baptistère).

Mais il faut construire un nouveau bâtiment pour accueillir les nouveaux paroissiens de Maurepas-ville.Construit sur le plateau, il  reprend  naturellement le patronage de "Notre-Dame", oublié depuis l'avènement du nouveau régime. La nouvelle église sera donc Notre-Dame de Maurepas.

Saint-Sauveur, église du vieux village de Maurepas, reste un lieu vivant où la communauté catholique se retrouve pour prier. De nombreux mariages, baptêmes et funérailles y sont célébrés et la messe y est dite chaque dimanche.

D'après les documents de madame Marie-José Michel, professeur des universités.
Nous la remercions de nous en avoir autorisé les extractions ci-dessus )